La Fleur et le Sabre : son mon, son emblème

logo LFLS

Le mon est un signe héraldique initialement utilisé par les clans de samouraïs pour se reconnaître sur les champs de bataille.

Aussi, lors de la création de La Fleur et le Sabre, au cours du printemps 2017, nous avons eu naturellement l’idée de donner un mon, un signe de reconnaissance, à notre dojo.

Nous sommes partis du mon de René VDB, comme ont fait plusieurs de ses proches élèves et anciens de son dojo. René a fondé notre pratique et il fut notre professeur et ami pendant plus de 18 ans, jusqu’à sa mort.

mon René VDB

Mon de René VDB

A partir de son mon – la fleur de Paulownia à trois fleurs –, Domenico PAONE a dessiné notre emblème en y ajoutant deux fleurs et le sabre, le tout entouré du cercle.

La base est en fait le mon du clan Toyotomi qui fut fondé par un militaire de talent (1537-1598) : d’origine sociale très modeste – son père était un simple paysan-soldat, il atteignit le sommet du pouvoir en étant nommé régent de l’empereur (kanpaku) en 1586, et il obtient de lui un nouveau nom comme fondateur de clan, honneur rarissime, et devint Toyotomi Hideyoshi.

mon Toyotomi
Mon du clan Toyotomi

Dans la tradition chinoise, la fleur de Paulownia est associée symboliquement au phénix et à l’impératrice. Selon une légende chinoise remontant à quatre siècles avant J.C., le phénix ne peut se poser que sur les Paulownias. Depuis la dynastie Yuan (1271-1368) le phénix symbolise l’impératrice et le dragon l’empereur. Au Japon, depuis l’empereur Go-Daigo, qui a régné de 1318 à 1339, la fleur de Paulownia constitue un emblème destiné à honorer des personnages méritants. Fondé par l’empereur Meiji en1875, l’ordre du Soleil levant, décoré avec des fleurs de Paulownia, constitue une importante distinction du gouvernement japonais, le même mon étant utilisé pour représenter le Cabinet du Premier Ministre.

médaille soleil levant

Médaille de l’ordre du Soleil levant

En occident, on doit le nom actuel de cette fleur à Philip Franz von Siebold, naturaliste bavarois, qui fit un rapprochement en 1835 entre la beauté et la noblesse de cette plante et la princesse Anna Paulowna, grande duchesse de Russie devenue reine consort des Pays-Bas par son mariage avec Guillaume II.

fleurs de pauwlonia

Fleurs de Paulownia – source : davesgarden.com

Les 5 fleurs de notre mon, développement des 3 fleurs du mon de René VDB, expriment notre filiation avec lui et la volonté de la transmission de son enseignement.

Les 5 fleurs représentent aussi l’être humain debout en développement : l’aïkido est une voie où l’homme et la femme peuvent se développer tout au long de leur vie, c’est la vertu des arts martiaux traditionnels.

On peut aussi voir dans ces 5 fleurs, les 5 vertus confucéennes qui guidèrent les samouraïs dans le passé et qui guident maintenant le pratiquant d’aïkido dans une démarche juste.

Ces 5 vertus sont :

  • la bienveillance, la fraternité envers autrui (jin),
  • la droiture (ghi),
  • la bienséance, la politesse (reï),
  • la sagesse (chi),
  • la sincérité, la loyauté (shin).

Nous vous invitons à lire le texte de Toshiro Suga « Gojo, les cinq vertus de Confucius » pour aller plus loin sur ce thème.

Notez que les cinq plis avant du hakama peuvent représenter ces 5 vertus.

Parlons maintenant du Sabre.

Le sabre rappelle que les techniques d’aïkido ont pour origine les armes et en particulier cette arme. Il caractérise notre enseignement fondé sur le travail des armes et du bokken en particulier.

Le sabre est l’âme du samouraï, il exprime l’esprit du budo, la volonté en action, le sens de notre pratique.

Le nom de notre club « La Fleur et le Sabre » est évidemment un clin d’œil au célèbre roman La Pierre et le Sabre, d’Eiji Yoshikawa relatant les exploits du célèbre escrimeur samouraï Miyamoto Musashi (1584-1645).

La fleur et le sabre unis par le cercle sont analogues au Tao, au mouvement du Yin et du Yang (fleur et sabre, bois et métal, Est et Ouest, corps et esprit, printemps et automne, chaud et froid, souplesse et solidité…).

L’aïkido est l’étude du mouvement, du transfert des énergies potentielles et cinétiques, actives et réceptives, où par le travail vigilant et persévérant, le pratiquant passe de l’opposition à la complémentarité, de la réaction frontale et brutale à l’action calme, juste et équilibrée.

En synthèse, la Fleur et le Sabre se veut être une école où l’on pratique un budo, l’aïkido: une voie traditionnelle de l’harmonisation de l’énergie vitale, une étude du mouvement fondée sur le mérite, un travail persévérant, sincère et honnête dans une relation fraternelle à l’autre.

Pierre-Franck EHSTER, le 5 novembre 2018

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s